Actifs atypiques  •   Aménagement territorial  •   Architecture  •   Bail  •   BIM  •   Biodiversité  •   Bâtiment  •   Crise  •   Digital  •   Développement durable  •   Economie  •   Energie  •   En région  •   Espace de travail  •   Fiscalité  •   Flexibilité  •   Formation  •   Friches  •   Gouvernance  •   Grand Paris  •   Grille CIBE  •   Immobilier responsable  •   Implantation  •   Innovation  •   International  •   Juridique  •   Lieux de travail  •   Loi  •   Management immobilier  •   MIPIM  •   Mobilité  •   Métiers  •   Numérique  •   Patrimoine  •   Performance du bâtiment  •   Prestataires  •   RH  •   RSE  •   Réglementation  •   SIMI  •   Stratégie  •   Trophées  •   Utilisateurs  •   Visite de site  •   État

agenda

novembre 2017

L M M J V S D
30
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
1
2
3
<< octobre décembre >>

Pour bénéficier de toutes les informations, échanger avec le réseau et participer aux événements de l'ADI, deux solutions
Utilisateur ? devenez adhérent ! Entreprise ? devenez partenaire !


Pour contacter l'ADI
Tél : +33 (0)1 43 80 95 96
Email :

L'ADI en chiffres

  • 400 adhérents
  • 350 millions de m² représentés
  • 35 débats organisés par an
  • 1800 annuaires diffusés
  • 1 observatoire des métiers
  • 1 forum utilisateurs et international
  • 3 pôles veille, études et prospective

Association des directeurs immobiliers > Presse > Lu dans la presse > Le Moniteur : Comment le BTP peut se mettre à l’économie circulaire

Le Moniteur : Comment le BTP peut se mettre à l’économie circulaire

Augmenter les taxes sur les déchets, déconstruire plutôt que démolir, développer des « green deals »… autant de solutions proposées lors du 4e rendez-vous annuel de l’association des directeurs immobiliers (ADI) pour développer le recyclage dans le BTP.

« L’Institut de l’économie circulaire va lancer une réflexion sur la filière du BTP », a annoncé François Michel Lambert, président de l’institut, lors du rendez-vous annuel de l’association des directeurs immobiliers (ADI) mercredi 28 juin. Celui qui est également député (LREM) des Bouches-du-Rhône a rappelé que l’organisme était un fin lobbyiste. « Il y a un chapitre entier sur l’économie circulaire dans la loi pour la Transition énergétique et la loi Notre aborde le sujet ». De quoi inquiéter la filière ? Certains acteurs sont déjà en marche. « Nous avons lancé une expérimentation à Bagneux (92) sur un ancien site industriel appartenant à Sanofi où nous avons recyclé plus de 80% des matériaux », rappelle François Bertière, président de Bouygues Immobilier.

Taxer plus pour recycler plus

Pour que la pratique se développe, « il faut un signal prix, estime Pierre-André de Chalendar, président-directeur général de Saint-Gobain. Aujourd’hui, les solutions alternatives au recyclage, comme les mises en décharge, coûtent beaucoup moins cher, car les taxes de mises en décharge représentent 25% du tarif payé au Royaume-Uni ou en Allemagne ». En plus de mettre en place une fiscalité coercitive, le P-DG estime qu’il faut « revoir la réglementation » pour permettre à la filière de recyclage de se structurer.  Un enjeu de taille puisque « certains matériaux du bâtiment, comme le verre ou le gypse (qui entre dans la composition de plaques de plâtre), sont recyclables à l’infini », rappelle l’industriel.

Pour recycler un bâtiment, il faut privilégier la déconstruction à la démolition, avoir la liste des matériaux entrant dans sa composition et connaître leur emplacement. « Le BIM nous y aidera puisqu’il référence tous les produits, assure François Bertière. Il permet également d’optimiser la structure, donc d’économiser du béton et des déchets futurs. » La déconstruction permet également de concasser le béton sur place, « pour les réutiliser comme agrégats », assure le promoteur immobilier. Une bonne idée, qui peut toutefois être plombée par les mentalités. « Certains acheteurs publics se méfient des granulats recyclés et préfèrent acheter des matière vierges, assure François-Michel Lambert. Nous faisons face à un problème d’acceptation de la société du recyclage et du réemploi. »

Les « green deal » pour booster l’économie circulaire ?

« En la matière, je mets d’infinis espoirs dans les green deals », assure Philippe Pelletier, président du Plan bâtiment durable. Selon l’Institut de l’économie circulaire, « un green deal se matérialise par une prise d’engagements réciproques entre l’État et les autres signataires. L’accord est volontaire et ne contient pas d’obligation de résultats. Il s’agit donc d’une incitation à l’expérimentation, dans laquelle l’Etat joue un rôle de facilitateur dans la mesure du possible. »

Actuellement, seulement quelques green deals ont été signés en France, alors que les Pays-Bas en comptent près de 400 selon François Michel-Lambert. Pour que les green deals fonctionnent en France, « cela suppose que le Parlement laisse la place à l’initiative privée et qu’il valorise les actions volontaires », glisse Philippe Pelletier.

Barbara Kiraly

Retrouvez l’article en ligne sur le site du Moniteur

RSS
Facebook
Google+
https://www.adi-france.fr/le-moniteur-comment-le-btp-peut-se-mettre-a-leconomie-circulaire/
LinkedIn