21 décembre 2013

La cote des Directeurs Immobiliers !

Quelle est la cote d’un Directeur Immobilier ? Cette question aussi provoquante soit-elle est pourtant un vrai sujet au sein des entreprises ! Aujourd’hui, face à la pression réglementaire, aux défis environnementaux et aux enjeux que posent la crise, comment les dirigeants d’entreprise voient le rôle de la fonction immobilière dans leur projet de stratégie globale d’entreprise ? Attentive aux évolutions qui touchent les directeurs immobiliers, l’ADI a mené l’enquête !

Créée en avril 2013 pour mener une réflexion sur les besoins des directions immobilières en matière de professionnalisation, la Commission Métiers de l’ADI planche depuis cet été, sous la houlette de son président Jean-Marc Castaignon, directeur immobilier de la Société Générale, pour tenter de décrypter, la vie, au plus près du réel, du directeur immobilier dans les entreprises.

Que de chemin parcouru ces dernières années !

Les premiers résultats des travaux menés par l’ADI confirment, chiffres à l’appui, mes propos tenus dans cette même rubrique il y a quelques mois et projettent, la direction immobilière des entreprises du statut de « fonction support » au grade d’interlocuteur stratégique des directions générales. On y dresse en effet le constat, de plus en plus partagé, « qu’au-delà de son rôle d’expert technique, la direction immobilière a en effet en main des éléments essentiels » qui recouvrent tant les enjeux financiers que managériaux de l’entreprise. La direction immobilière apparait comme un ressort important des efforts de maîtrise des coûts et des risques, mais aussi comme un levier majeur en matière de responsabilité sociale de l’entreprise…

Par le poids financier de l’immobilier qui représente souvent le 2ème ou le 3ème poste de charges (selon les secteurs d’activité) après les ressources humaines et l’informatique dans le bilan de l’entreprise, la direction immobilière est devenue en quelques années un acteur clairement identifié dans la stratégie des entreprises.

Mais ça, nous le savions déjà ! Aujourd’hui, ce qui n’apparaissait alors que comme une tendance se révèle, dans les faits, comme une réalité observée ! Les premières réflexions de l’ADI mettent en avant deux évolutions essentielles qui permettent d’affirmer que les Directeurs Immobiliers ont la cote !

Aujourd’hui, les directions immobilières sont rattachées à 40% à la direction générale, à 18% au secrétariat général et 11% la direction financière. Ce rattachement hiérarchique au top-management permet d’assurer un fort alignement de la stratégie immobilière avec celle de l’entreprise et souligne le rôle fondamental que joue l’immobilier dans la mise en œuvre de la stratégie de cette dernière.

Pourquoi observe-t-on aujourd’hui une telle entrée dans la lumière de la fonction immobilière ?

Je n’ai pas peur de dire, au risque d’être politiquement incorrect, que la crise économique et financière a amplifié le mouvement et a fait émerger les atouts de l’immobilier. En effet, le bénéfice accordé à la fonction immobilière dans les entreprises doit beaucoup au contexte déprécié que nous connaissons depuis 2009. Sans être la pierre philosophale économique des entreprises, l’immobilier recèle un fort potentiel de création de valeur et apparait comme un des rares leviers permettant de transformer, pour les entreprises, la crise en opportunité !

Le second élément, traduisant la dimension stratégique de la fonction immobilière dans l’entreprise, qui se dessine dans nos travaux, a trait à l’évolution du périmètre géré par la direction immobilière. Savoir que près de 95% des directeurs immobiliers proposent la stratégie immobilière de leur entreprise et mettent en œuvre son déploiement, valide la nécessaire reconnaissance des compétences spécifiques immobilières. Ce qui n’était pas le cas, il y a encore quelques années !

Par ailleurs, longtemps assimilées aux services gérant l’exploitation des sites, les directions immobilières s’en distinguent aujourd’hui grandement et sont à 60% purement immobilières. On assiste même à un véritable inversement de l’usage traditionnel puisque on constate une forte tendance à l’externalisation, souvent sous pilotage de la direction immobilière, des problématiques relevant de l’environnement de travail. Il n’est pas ici question d’opposer les deux fonctions mais ce phénomène traduit un recentrage, en entreprise, sur les fonctions stratégiques de l’immobilier. Et là encore, la crise joue en la faveur de la direction immobilière et fait monter sa cote !

Toutes ces évolutions induisent, en corolaire, un changement dans la composition de l’équipe de la direction immobilière, une forte professionnalisation et une concentration de compétences pointues, spécialisées et de haut niveau.

S’il fallait encore des arguments pour vous convaincre que la mue constatée des directions immobilières en un véritable gisement de(s) valeur(s) ajoutée(s) a fait exploser la cote des Directeurs Immobiliers dans l’entreprise, alors, je ne peux que vous inviter à pré-réserver l’étude L’immobilier des entreprises : des métiers créateurs de valeur que l’ADI va prochainement éditer !

Christian CLERET
Président de l’ADI

L’étude L’immobilier des entreprises : des métiers créateurs de valeur est disponible depuis 2014, sur réservation auprès de l’ADI. contact@adi-france.fr

Chronique de Christian Cléret publiée dans Immoweek le 03 décembre 2013