29 juin 2017

AG 2017 : Rapport moral du Président

Métier/Fonction immobilière

Chers adhérents, depuis l’Assemblée générale de 2011, vous m’avez confié la présidence de l’ADI et c’est une charge que j’ai portée avec beaucoup de plaisir. Comme vous le savez, ayant quitté mes fonctions de Directeur immobilier du groupe La Poste, mon mandat de Président s’achève à la fin de cette Assemblée générale. C’est ainsi pour moi l’occasion de de vous remercier de votre confiance, de dresser, ici, le bilan des actions que nous avons menées collégialement, mais aussi d’énoncer les problématiques pour l’avenir…

2011 : au départ une ambition…

A la suite de l’Assemblée générale de 2011, l’ambition annoncée est de faire « du développement de l’ADI la priorité. L’accroissement du nombre de ses adhérents résultera d’une double stratégie : le développement des délégations régionales qui permettront de drainer les entreprises régionales, et l’enrichissement de l’offre de services de l’association à ses adhérents »[1].

… Et 6 ans plus tard : un plan stratégique ambitieux

En 6 ans, le travail accompli est important, le chemin parcouru riche et les premiers signes d’avancée sont source de fierté. La feuille de route que nous avons adoptée l’an passé est déjà engagée et les résultats en termes de structuration, développement et de production des savoirs sont déjà nombreux.

Mais en 6 ans, c’est aussi la mobilisation de quelques-uns et la dynamique qui s’est construite autour du projet qu’il faut saluer. La transformation de l’ADI est d’abord une belle aventure humaine et collégiale. Je tiens à citer tout particulièrement mes compagnons de route avec lesquels j’ai eu plaisir à réfléchir, débattre et innover :

Jean-Pierre Lourdin et Emmanuel Charron qui d’une part, par leur travail en tant que Secrétaire général, ont construit les bases d’une organisation professionnelle et solide, et d’autre part, par leur aptitude et leur rigueur, à maîtriser et manier les Statuts ont donné un cadre souple aux actions de l’ADI.

Florence Péronnau qui par son engagement, sa vision, son ouverture, sa culture et sa persévérance a donné aux travaux de l’ADI une valeur « hors les murs » à nos réflexions et une dimension large et ancrée dans son environnement à nos propositions.

Frank Privé qui a donné de son temps pour accompagner la mutation « financière » de l’ADI

Le Conseil d’administration, sans cesse renouvelé qui m’a / nous a apporté sa confiance et avec lequel nous avons eu des débats pour tester de nouvelles idées, tâtonner, expérimenter et finalement transformer l’ADI

En 6 ans, nous avons su capitaliser sur nos forces et réunir les ressources nécessaires pour transformer visiblement l’ADI sur quatre axes

D’un club de pairs à un réseau professionnel

Convivialité et accompagnement des professionnels

En 2011, l’ADI est « reconnue pour sa représentativité ». Elle bénéficie d’une « visibilité incontestée dans nos professions » et diffuse des « approches pragmatiques de nos métiers par la publication d’ouvrages. Ses actions sont tournées vers l’accueil de nouveaux membres (dîners organisés) le développement de contacts et communications diverses, notre présence dans les différents salons immobiliers, l’accompagnement de groupes de travail, l’organisation de rencontres[2]… »

Dès 2012, le changement de modèle des diners évoluant vers des lieux d’échanges et de débat préparés sur des thématiques illustrent la volonté de l’ADI de renforcer sa capacité d’accompagner les professionnels de l’immobilier des entreprises. Les rencontres entre les adhérents, si elles gardent toujours leur caractère convivial, sont aussi l’endroit où les directeurs immobiliers captent de l’information de qualité utile à leur activité quotidienne.

Aujourd’hui, l’ADI a une activité plus dense et moins confidentielle, grâce à une programmation dense et soutenue de plus 40 événements à contenu et diversifiés/an. Ces événements sont au service de la professionnalisation des DI et peuvent s’assimiler aux prémices d’une offre de formation de nos adhérents. Ils contribuent aussi à la notoriété et au positionnement de l’ADI.

Représentativité

L’ADI constitue aujourd’hui  une force représentative large et incontestée. Dès 2014, on célèbre l’entrée de notre 400ème adhérent et après un travail de mise à jour de la base de données, l’ADI est fière d’afficher plus de 410 adhérents en 2016

En 6 ans, l’ADI a consolidé son socle d’adhérents et s’est progressivement développé auprès de nouvelles cibles : acteurs publics, acteurs du retail et de la logistique…

D’une production un peu confidentielle de travaux pragmatiques à la production d’idées neuves, larges et indépendantes

Production et diffusion des savoirs

Dès 2012, l’ADI met en place un dispositif structuré de la production de ses savoirs en créant six commissions thématiques. Elle organise ainsi la veille et est en alerte sur son environnement, qu’elle observe, décrypte et analyse. Cette organisation permet à l’ADI d’être notamment présente sur les grands sujets de l’industrie immobilière : Pinel, PBD, DD, rénovation tertiaire.

Ce long travail de structuration visant à positionner l’ADI comme producteur de contenus et lanceur d’alertes aboutit avec l’instauration d’une nouvelle façon de produire les réflexions.

2014 est de ce point de vue l’année qui incarne le changement. Le groupe de travail sur les friches et la façon d’organiser le recours à la mobilisation intellectuelle et financière de tous les acteurs, initient, au sein de l’ADI un modèle innovant de développement, d’acquisition et de formalisation des savoirs garant d’une plus grande autonomie et plus grande audience de nos travaux.

En 2015, la nouvelle structuration des instances de production en pôles d’études – le forum des utilisateurs, le pôle accompagnement et tendances, l’observatoire des métiers et le pôle prospective – ancrent les travaux de l’ADI dans la société et viennent conforter la capacité et un rythme soutenu de production des savoirs.

Le partenariat mis en place avec la maison d’édition du Moniteur, négocié en 2014, a permis à l’ADI de publier, avec une régularité exemplaire, 5 ouvrages en entre 2015-2017 dans le cadre d’une collection ADI.

Par ailleurs, ce nouveau mode de diffusion garantit un essaimage des idées plus large puisque les ouvrages diffusés dans le réseau de notre partenaire touchent des cibles connexes aux nôtres.

Au regard de ses éléments l’ADI glisse sensiblement, selon certains, vers le modèle d’un think tank.

Communication dynamique et moderne

En 6 ans l’ADI s’est doté d’outils de communication performants. La refonte du site internet en 2014, la création d’une charte graphique et la mise en place d’une stratégie de communication digitale
(53 000 pages web  vues / ans) renforcée par la présence sur des réseaux sociaux comme Twitter (741 followers) et LinkedIn (1012 abonnés) sont autant d’éléments qui renforcent la communauté, diffusent les messages et renforcent la notoriété de l’ADI.

La définition d’une stratégie de communication comprenant un volet presse complète le dispositif.

D’un cercle assez fermé à une organisation ouverte sur son environnement et tournée vers l’avenir

Ancrage territorial

Dès 2013, l’ADI se dote d’une organisation territoriale en créant les Délégations Régionales : Marseille, Toulouse et Lyon, puis Bordeaux en 2015. Cette initiative répond à la volonté d’être présent sur l’ensemble du territoire, mais aussi de se rapprocher des acteurs des territoires et des collectivités locales. Cette démarche rencontre un succès localisé, notamment grâce à l’investissement des décideurs publics locaux qui participent à nos actions : Gérard Collomb, Jean-Claude Gaudin

Partenariat

L’intégration de personnalités extérieures, en 2012, dans le jury des Trophées de l’ADI est le premier signe d’ouverture vers l’extérieur qui aboutit en 2014 au développement d’une politique de partenariat avec les acteurs de l’industrie immobilière et associations sœurs et en 2015 à l’engagement d’une réforme de la politique partenariale de l’ADI, recentrée sur les objectifs propres de l’ADI. A ce titre, il convient de remercier nos soutiens historiques que sont ICADE et FONCIERE DES REGIONS.

En 2017, une étape supplémentaire est franchie en créant le Club des partenaires qui, en inversant le modèle économique de l’association, donne à l’ADI l’autonomie et l’indépendance nécessaire à la qualité de sa programmation.

Ecoute des jeunes générations

La refonte des Statuts, adoptée 2015, ouvre l’ADI aux collaborateurs afin d’être en phase avec les mutations qui impactent le métier. La volonté de créer un « collège jeune » au sein de l’ADI répond à la nécessité de préparer l’avenir, en collaboration avec les travaux de l’Observatoire des métiers.

Dans cette perspective, l’Assemblée générale de 2017 élira pour la première fois deux candidats issus de ce collège en tant qu’administrateur.

D’une association à une organisation professionnelle, moderne et créatrice de valeur

Une organisation

En 2013, l’ADI se dote de moyens et des ressources nécessaires au développement en créant une délégation générale, qui au fil des ans se sera étoffée, structurée et professionnalisée. L’ADI dispose aujourd’hui de trois permanents qualifiés.

Des ressources au service d’un projet

L’augmentation progressive des ressources passe par le développement des partenariats et une revalorisation des cotisations. Le budget en hausse traduit ainsi le changement d’échelle opéré par l’ADI dans ses ambitions et ses actions.

A noter : le changement de régime fiscal effectué en cours d’année 2016 permet à l’ADI de s’inscrire dans une perspective plus large de développement.

Refonte des cotisations et développement d’une offre de services

En 2017, la mise en place d’une nouvelle grille tarifaire vient achever les travaux de structuration de l’ADI, cette refonte des adhésions mettant en corrélation cotisations-services.

***

Rétrospective

2011 : une association centrée sur ses adhérents
2012 : les prémices d’une ouverture
2013 : allocation de moyens et ressources nécessaires au développement
2014 : année du changement d’échelle : année de la mutation
2015 : année de l’ouverture
2016 : année des premiers succès

L’ADI est aujourd’hui un acteur VU, CONNU et RECONNU

 

Conclusion

L’association s’attache, chaque jour à suivre la même ligne de conduite : accompagner les directeurs immobiliers et porter dans les débats publics les enjeux de toute la profession. À force de travail, de persévérance et de professionnalisme, nous avons su transformer nos convictions en expertises créatrices de valeur aujourd’hui reconnues par le monde de l’entreprise et nous avons su inscrire la compétence immobilière comme levier de performance des organisations.

Dans la continuité de mes prédécesseurs, je me suis attaché, avec le Conseil d’administration, à poursuivre l’ambition initiale d’inscrire notre profession dans la cartographie des acteurs qui contribueront à la transformation de notre environnement et façonneront la société de demain. Le constat est là : le directeur immobilier, en répondant à des enjeux aussi multiples que transverses, a démontré sa capacité à prendre en main des éléments essentiels de la transformation des entreprises. Les phénomènes de numérisation et de digitalisation qui nous traversent modifient la géographie de notre économie et font émerger, avec eux, de nouveaux défis pour les entreprises, conduisant les dirigeants à infléchir, avec une rapidité inégalée leurs stratégies financière, environnementale, mais aussi spatiale et managériale.

Au terme de ces six années de présidence de l’ADI, je suis persuadé que l’action de l’association a accompagné l’essor du métier. En se structurant, en se professionnalisant, en se positionnant comme éditeur de contenu, indépendant, à forte valeur ajoutée et résolument tourné vers l’avenir, l’ADI est apparue ces dernières années comme le porte-voix de toute une profession et l’interlocuteur privilégié des décideurs publics.

Si le chemin parcouru, concomitamment par l’ADI et les directeurs immobiliers, est déjà conséquent, il n’en reste pas moins que les enjeux à relever par mes pairs pour accompagner le changement de paradigme économique de nos entreprises nécessite la poursuite des efforts engagés. Faire émerger le directeur immobilier comme un véritable connecteur des différents métiers internes et externes de l’entreprise, reste, selon moi, l’objectif que doit se fixer l’ADI. Ainsi, je suis fier de confier à une nouvelle équipe dirigeante cette ambition et ce bel outil à produire des idées neuves qu’est devenue l’Association des Directeurs Immobiliers, comme l’illustre la qualité du débat d’aujourd’hui.

Restons mobilisés, l’avenir en dépend. C’est en tout cas le vœu que je formule pour la profession, pour l’association et sa future équipe dirigeante !

Christian Cléret
Président de l’ADI

Assemblée générale du 28 juin 2017

[DISPLAY_ULTIMATE_PLUS]

[1] Rappel de l’ambition pour l’ADI formulé par le Président – extrait du communiqué de presse

[2] Extrait du rapport moral 2011.

Partagez !

Partagez cet article.